Exposition aux risques et préjudice d’anxiété: indemnisation de mineurs lorrain

À lire, article paru dans Le Monde, « Préjudice d’anxiété : après huit ans de procédure, l’Etat indemnise plus de 700 mineurs lorrains »:

https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/08/23/prejudice-d-anxiete-apres-huit-ans-de-procedure-l-etat-indemnise-plus-de-700-mineurs-lorrains_6092144_3224.html#xtor=AL-32280270-%5Bdefault%5D-%5Bios%5D

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me Jean-Paul Teissonniere et Me Cédric de Romanet – 01.44.32.08.20cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Dieselgate: la cour d’appel de Paris confirme les poursuites contre Volkswagen

A lire dans la presse: « La cour d’appel de Paris a confirmé mercredi les poursuites visant Volkswagen dans le dossier du Dieselgate, alors que la société demandait leur abandon à cause d’une procédure parallèle en Allemagne ».

https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/volkswagen/dieselgate-les-poursuites-contre-volkswagen-confirmees-par-la-cour-d-appel-de-paris-c3696a16-7913-11ec-a017-96843a9ea100

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me François Lafforgue – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Secret d’infos: interview de Maître LAFFORGUE

Intervention de Me Lafforgue à écouter sur France Inter « Secrets d’infos », vendredi 17 décembre 2021:

FOODWATCH sur FRANCE INTER .. FRANCE INTER – LE 6/9 – 17 décembre 2021 Ecouter / Regarder
07:15:45 Secrets d’infos : « Relance, puissance, appartenance » sera la devise de la présidence française de 2022… C’est un extrait d’un clip consacré à la présidence française du Conseil de l’Union européenne. Présidence que la France va prendre à partir du 1er janvier prochain. 07:16:10 Commentaire de Benoît Collombat. Ce qu’on ne sait pas ou peu au sujet de cette présidence, c’est qu’elle est en partie financée par des groupes privés. POur organiser toutes les rencontres entre les ministres de l’Union européenne, il y a un budget de 150 millions d’euros mais pour assurer la partie transport des délégations, la France a effectivement fait appel à deux constructeurs automobiles qui offrent des véhicules électriques. 07:16:36 Interview de Clément Beaune, secréataire d’Etat aux Affaires européennes. 07:17:16 Interview de Paul Varakas, président de la Société des représentants en affaires publiques européennes, qui pointe l’absence d’appel d’offres. 07:17: 46 Renault et Stellantis ont été mis en examen pour tromperie dans l’affaire du dieselgate. 07:17:59 Interview de François Laforgue, qui défend des victimes présumées de la pollution. A l’heure de la lutte contre la pollution et le changement climatique, le signal envoyé par la France est mauvais, selon lui. 07:18:48 BMW, Microsoft ou des compagnies pétrolières financent des présidences tourantes de l’UE. Areva avait illuminé la Tour Eiffel aux couleurs de l’UE en 2008. 07:19:19 Interview de Karine Jacquemart, DG de Foodwatch, sur le contrat de Coca-Cola avec la présidence de la Roumanie. 07:20:13

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me François Lafforgue – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Parafoudres et parasurtenseurs: ORANGE condamnée

La société Orange s’est désistée du pourvoi en cassation formé à l’encontre de l’arrêt la condamnant à indemniser Mme E., en réparation des préjudices consécutifs à sa maladie professionnelle.

Ancienne technicienne réseaux au sein de France Télécom, Mme E. a été amenée à manipuler quotidiennement pendant près de 30 ans des parasurtenseurs radioactifs en verre. Atteinte d’un cancer du sein en 2007, elle a obtenu la reconnaissance de l’imputabilité au service de sa maladie en 2013.

La Cour administrative d’appel de Marseille, tout comme le tribunal administratif de Montpellier, a jugé que « la société France Télécom, devenue Orange, a commis une faute de nature à engager sa responsabilité en ne mettant pas en place les obligations réglementaires qui lui incombaient en terme de suivi, de formation et de protection contre l’exposition aux rayonnements ionisants », et que Mme E. « était dès lors fondée à obtenir la réparation intégrale de ses préjudices directement liés à cette faute. »

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me François Lafforgue, Me Cécile Labrunie – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Décision du Conseil Constitutionnel sur le régime d’indemnisation applicable aux victimes des essais nucléaires

Par décision à effet immédiat rendue le 10 décembre 2021, le Conseil Constitutionnel déclare contraire à la Constitution une disposition légale prévoyant l’application rétroactive d’un régime d’indemnisation moins favorable aux victimes des essais nucléaires que le précédent.

L’article 57 de la loi n°2020-734 du 17 juin 2020 relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d’autres mesures urgentes ainsi qu’au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne, a rendu applicable rétroactivement l’article 232 de la loi du 28 décembre 2018 modifiant la loi n°2010-2 du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français, qui a introduit la notion de seuil minimal d’exposition de 1mSv par an ; Le régime moins favorable en résultant devait alors s’appliquer à toutes les demandes d’indemnisation, qu’elles aient été formées avant ou après l’entrée en vigueur de ce texte, à l’exception des décisions de justice passées en force de chose jugée.

Le Conseil Constitutionnel a ainsi décidé:

  1. d’une part, l’application de ces règles soumet ces demandes à un régime moins favorable d’indemnisation en élargissant la possibilité pour l’administration de renverser la présomption de causalité dont bénéficient les personnes qui remplissent les conditions prévues par la
    loi.
  2. D’autre part, la volonté du législateur d’appliquer, conformément à ce qu’aurait été son intention initiale, un même régime à l’ensemble des demandes d’indemnisation, quelle que soit la date de leur
    dépôt, ne constitue pas un motif impérieux d’intérêt général justifiant l’atteinte ainsi portée au droit des personnes qui avaient engagé une procédure administrative ou contentieuse avant la date d’entrée en vigueur de la loi du 28 décembre 2018.
  3. Par conséquent, les dispositions contestées méconnaissent les exigences découlant de l’article 16 de la Déclaration de 1789. Sans qu’il soit besoin d’examiner les autres griefs, elles doivent donc être déclarées contraires à la Constitution.

Cette décision d’inconstitutionnalité emporte effet immédiat pour les demandes d’indemnisation formulées auprès du Comité d’Indemnisation des Victimes des Essais Nucléaires (CIVEN) avant le 31 décembre 2018, qu’elles soient en cours d’instruction auprès du Comité ou en cours de contentieux devant une juridiction administrative. Dans cette situation, la présomption de causalité dont bénéficie une victime atteinte d’une maladie visée dans la liste des pathologies radio-induites, et ayant séjourné dans une zone et à une période prévue par la loi, ne pourra être renversée que si l’administration établit que la pathologie « résulte exclusivement d’une cause étrangère à cette exposition, en particulier parce que la victime n’a subi aucune exposition à de tels rayonnements ».

Ainsi, l’instruction des demandes formées avant le 31 décembre 2018 devra se faire sur le fondement du le régime plus favorable demeurera applicable, à savoir celui résultant de la loi du 28 février 2017 qui avait supprimé la possibilité de renverser la présomption de causalité en raison du caractère négligeable du risque attribuable aux essais nucléaires prévue par la loi n°2010-2 dans sa rédaction originelle.

  • L’audience devant le Conseil Constitutionnel: 

https://www.conseil-constitutionnel.fr/decisions/affaires-instances

Affaire n°2021-955 QPC:Loi n°2020-734 du 17 juin 2020 relative à diverses dispositions liées à la crise sanitaire, à d’autres mesures urgentes ainsi qu’au retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne  Article 57
  • La décision du Conseil ci-joint
2021-955-QPC

Contacts :

– Cabinet d’avocats TTLA – Me Cécile Labrunie – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

– AVEN (Association des Vétérans des Essais Nucléaires) 04 78 36 65 31 – aven@aven.orghttps://aven.org

– Association MORUROA E TATOU: + 689.430905 – moruroaetatou@mail.pf

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

La Poste condamnée pour faute inexcusable dans le suicide d’un cadre supérieur

Après de longues années de procédure, la Cour d’appel de PARIS a reconnu que la Poste avait commis une faute inexcusable à l’origine du suicide d’un cadre supérieur. L’accroissement de ses charges de travail, de ses responsabilités ainsi que la modification de son périmètre managériale l’avaient mis en grande difficulté. La Cour a jugé que la Poste aurait dû avoir conscience du danger généré par cette situation et prendre les mesures nécessaires et suffisantes pour le préserver. L’inaction et les manquements de la Poste ont donc concouru au suicide de ce cadre supérieur alors âgé de 51 ans.

Article paru dans le Monde « La Poste condamnée pour faute inexcusable dans le suicide d’un cadre supérieur »:

https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/11/22/la-poste-condamnee-pour-faute-inexcusable-dans-le-suicide-d-un-cadre-superieur_6103131_3234.html

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Amiante: faute inexcusable commise par PEUGEOT

Par arrêt en date du 28 septembre 2021, la Cour d’appel de Besançon confirme le jugement du tribunal judicaire de Belfort ayant admis la faute inexcusable de l’employeur commise par la société Peugeot (établissement de Sochaux).

La victime, ancien fondeur atteint d’un cancer broncho pulmonaire, obtient donc une indemnisation au titre des préjudices consécutifs à sa maladie professionnelle due à l’inhalation de fibres d’amiante.

A lire dans la presse:

https://www.estrepublicain.fr/sante/2021/12/16/amiante-un-premier-malade-indemnise-par-peugeot

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/peugeot-a-nouveau-condamne-pour-avoir-expose-a-l-amiante-l-un-de-ses-salaries-a-sochaux-1639677194

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me Marie Fleury – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Maladies professionnelles : le combat des dockers

Le cabinet d’avocats TTLA intervient aux côtés d’un ancien docker, afin de faire reconnaître l’origine professionnelle de deux cancers dont il est atteint. Maître François LAFFORGUE plaidait le dossier le 6 octobre dernier devant le Pôle Social du Tribunal Judiciaire de Nantes.

Le cabinet suit plusieurs dossiers de dockers victimes de multi-expositions à de nombreux toxiques et ayant développé des maladies graves.

Dans la presse:

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-l-ex-docker-veut-faire-reconnaitre-ses-cancers-comme-maladies-professionnelles-74310f04-26c9-11ec-b8e1-a5d0cfbb7050

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me François Lafforgue – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Eoliennes: les effets sur les élevages devant les tribunaux

Maître François LAFFORGUE intervient aux côtés de nombreux éleveurs subissant de graves problèmes dans leurs exploitations à la suite de la mise en service de lignes à haute tension ou d’éoliennes.

Au cours de l’audience du 7 octobre 2021 devant le tribunal judiciaire de Nantes, une mesure d’expertise judiciaire a été sollicitée. L’affaire a été mise en délibéré au 19 novembre 2021.

Dans la presse:

https://actu.fr/pays-de-la-loire/puceul_44138/eoliennes-%E2%80%89tueuses%E2%80%89-pres-de-nozay-leleveur-didier-potiron-%E2%80%89confiant%E2%80%89-apres-laudience-au-tribunal_45579144.html

https://france3-regions.francetvinfo.fr/pays-de-la-loire/emissions/jt-1920-pays-loire

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me François Lafforgue – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Les irradiés de l’Île-Longue

« Les irradiés de l’ÎLE-LONGUE face à l’indifférence de l’Etat », article de Manon Boquen paru dans « M le Mag »:

Irradies-ile-Longue-M-le-mag

Contacts :

Association Henri Pezerat – Francis Talec et Annie Thebaud Mony – assohp@gmail.com / francis.talec@orange.fr

Cabinet d’avocats TTLA – Me Cécile Labrunie – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Nucléaire: enquête sur la santé des anciens ouvriers de l’Île Longue

Une étude sociologique de l’UBO sur d’anciens d’ouvriers de la DCN de Brest ayant travaillé sur le site de la Pyrotechnie de l’Île-Longue, où sont stockées et préparées les têtes nucléaires montées sur les SNLE, montre une « surprévalence » des cancers.

A lire dans le Télégramme:

Le-Telegr-Brest-25-09-21.-irradies-ile-longue-une-enquete-inedite

Contact : Cabinet d’avocats TTLA – Me Cécile Labrunie et Me Jean-Louis Macouillard – 01.44.32.08.20 – cabinet@ttla-avocats.com

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com