Pesticides – reconnaissance de la faute inexcusable d’un château bordelais

Saisi par une ouvrière viticole atteinte de la maladie de Parkinson, le pôle social du tribunal de grande instance de Bordeaux vient de confirmer le caractère professionnel de cette maladie  et a reconnu qu’elle trouvait son origine dans la faute inexcusable commise par son employeur, un Château du Médoc.

A lire dans le journal « Sud Ouest »:

https://www.sudouest.fr/2019/03/27/pesticides-et-parkinson-la-faute-inexcusable-d-un-chateau-du-bordelais-reconnue-5935439-2780.php

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Reportage sur les allégations santé dans « Tout compte fait »

Intervention de Me Lafforgue dans le reportage  » diffusé sur France 2, samedi 23 mars à 14h, dans l’émission « Tout compte fait » consacrée aux allégations santé:

https://mobile.france.tv/france-2/tout-compte-fait/931269-aliments-sante-comment-demeler-le-vrai-du-faux.html

Au cours du reportage est évoquée la plainte déposée récemment par l’association de défense des consommateurs FOODWATCH contre la société biologiquement.com.

Consultez également le site du Cabinet TTLA : www.ttla-avocats.com

Amiante: le droit à réparation du préjudice d’anxiété devant la Cour de Cassation

Le 22 mars 2019, l’Assemblée plénière de la Cour de cassation, toutes chambres réunies, examinait un pourvoi formé par la société EDF à l’encontre d’une centaine d’arrêts rendus par la Cour d’appel de Paris ayant indemnisé le préjudice d’anxiété d’anciens agents exposés de façon fautive à l’inhalation de poussières d’amiante.

Les établissements EDF n’étant pas inscrits sur la liste de ceux ouvrant droit à l’ACAATA (allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante), la plus haute juridiction devait trancher la question suivante « un salarié d’un établissement non inscrit, exposé à l’amiante peut-il prétendre à la réparation de son préjudice d’anxiété ? »

Dans l’affirmative, l’Assemblée plénière imposerait à la chambre sociale un revirement de jurisprudence.

Délibéré attendu le 5 avril.

A lire également sur le blog de l’ANDEVA:

http://andeva.over-blog.com/2019/03/anxiete-rassemblement-unitaire-devant-la-cour-de-cassation.html

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

De l’amiante au Lycée Georges Brassens à VILLENEUVE-LE-ROI

L’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante (ANDEVA), des enseignants et des parents d’élèves ont déposé plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui à la suite de l’exposition aux poussières d’amiante dans les locaux du Lycée Georges Brassens à VILLENEUVE-LE-ROI.

En effet, l’amiante a été utilisé dans de nombreux établissements scolaires construits dans les années 1970-1980.

Cette plainte vise à établir les responsabilités à la suite de cette exposition des enseignants, lycéens et agents administratifs à ce cancérogène avéré.

A lire:

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/villeneuve-le-roi-enseignants-et-parents-du-lycee-amiante-ont-depose-plainte-pour-mise-en-danger-de-la-vie-d-autrui-20-03-2019-8036400.php

https://www.liberation.fr/france/2019/03/19/amiante-a-l-ecole-annie-thebaud-mony-on-s-est-donne-les-moyens-de-ne-pas-savoir-de-facon-precise_1716220

https://www.liberation.fr/direct/element/amiante-dans-les-ecoles-jean-michel-blanquer-reagit-a-lenquete-de-libe_95328/

https://www.liberation.fr/france/2019/03/19/amiante-au-lycee-brassens-de-villeneuve-le-roi-gare-au-peril_1716224

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Enrobés bitumeux : l’État condamné pour sa carence fautive en tant qu’employeur

Par une décision du 15 mars 2019, le tribunal administratif de Montpellier a condamné l’État (DIR MC) à verser à un fonctionnaire de la Direction interdépartementale des Routes, une indemnisation du fait de ses carences fautives en tant qu’employeur.

Le jugement expose d’une part, qu’aucune action d’envergure n’a été engagée pour apprécier le risque amiante sur les routes alors qu’il était utilisé dans les enrobés bitumeux de 1970 à 1996, et, d’autre part, que ce risque n’a été pris en compte qu’à partir d’une note de service du 15 mai 2013, ce qui était beaucoup trop tardif.

Il en résulte, selon le tribunal, que la DIR MC a commis une faute qui a causé un préjudice moral justifiant une réparation.

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Amiante: 1200 salariés contre Renault Trucks

 

Le 12 mars 2019, au cours d’une audience exceptionnelle, délocalisée à RILLEUX LA PAPE, 1 200 salariés et anciens salariés employés sur le site RENAULT TRUCKS de Vénissieux ont demandé au Conseil des Prud’hommes de LYON la condamnation de leur employeur à leur verser une indemnisation au titre du préjudice d’anxiété subi en raison de leur exposition aux poussières d’amiante, agents cancérigènes certains.

Ces affaires ont été mises en délibéré le 29 octobre 2019.

jts_audience_prud_hommes_amiante_ex_rvi_venissieux-00_01_14_12-3084079

A voir dans les médias:

Journal de 13H sur France 2 – intervention de Me de Romanet:

 

https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/03/12/amiante-plus-de-1-200-personnes-poursuivent-renault-trucks-devant-les-prud-hommes_5434852_3224.html

https://www.humanite.fr/industrie-un-proces-hors-norme-pour-prejudice-danxiete-669276

https://www.liberation.fr/depeches/2019/03/12/renault-trucks-face-a-plus-de-1200-plaignants-exposes-a-l-amiante_1714562

http://www.leparisien.fr/economie/amiante-a-renault-trucks-un-prejudice-d-anxiete-qui-pourrait-couter-18-millions-d-euros-12-03-2019-8030433.php

https://www.20minutes.fr/societe/2469999-20190311-renault-trucks-exposes-amiante-1200-plaignants-devant-prudhommes-lyon

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com

Cadmium : la Cour d’appel de BORDEAUX confirme la faute inexcusable de la société SAFT

Par arrêt du 7 mars 2019, la Cour d’appel de BORDEAUX a confirmé la décision du Tribunal des Affaires de Sécurité  Sociale d’ANGOULÊME reconnaissant que le cancer broncho-pulmonaire dont un ancien salarié est atteint trouve son origine la faute inexcusable commise par son ancien employeur, la société SAFT, et indemnise ses lourds préjudices.

C’est la seconde fois que SAFT est condamnée par la Cour pour faute inexcusable de l’employeur à la suite d’une exposition professionnelle au cadmium (autre arrêt en date du 13 octobre 2016).

Consultez également le site du Cabinet TTLA: www.ttla-avocats.com